Blog // Perspectives & Points de vue

Olivier Roland – Blogueur Pro, Infopreneur chez ClickBank

Mieux vaut tard que jamais, voici l’interview d’Olivier Roland, Blogueur Pro, que j’ai eu le plaisir de rencontrer chez lui à Lille lors de mon séjour en France en octobre dernier. Olivier, un des pionniers de l’infopreneuriat en France, toujours à la pointe des nouveautés, grand lecteur, fait partie de nos meilleurs clients ClickBank, et vous décrit son parcours…

Aline : Bonjour Olivier, mon premier vrai client !

Olivier Roland : Bonjour Aline, ça me fait plaisir de te recevoir ici chez moi à Lille.

Aline : Moi ça m’a fait plaisir de venir visiter Lille, je n’y étais jamais venue. Après 4 ans sans retour en France, venir à Lille, c’était très bien.

Olivier Roland : Donc ça fait 3 ans qu’on travaille ensemble, qu’on échange des mails, qu’on discute sur Skype, et Aline est venue ici pour la première fois.

Aline : Première question : J’avais lu une fois et ça m’avait impressionné, que tu mettais en avant Bac – 2, c’est moi, et donc comment en es-tu arrivé à devenir blogueur pro, qu’est-ce qui t’a inspiré ?

Olivier Roland : Alors c’est vrai que j’ai un parcours un peu spécial, effectivement j’aime bien dire que j’ai un Bac – 2, puisque j’ai créé ma première boîte en fait à 19 ans, j’ai quitté l’école avant d’avoir le bac, pour me consacrer à mon projet de création d’entreprise. J’aime bien dire que j’ai bac – 2 pour montrer qu’on peut très bien arriver à créer une entreprise sans diplôme, sans expérience, sans argent, sans réseau, enfin comme j’avais, c’est-à-dire 19 ans, je ne connaissais rien à la vie, j’étais vraiment jeune et innocent. Et donc j’ai une boîte qui a tourné pendant 10 ans qui m’a apporté beaucoup, mais au bout d’un moment, je travaillais trop, j’avais un déséquilibre trop important entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle comme c’est le cas de beaucoup d’entrepreneurs. Et c’est une des raisons qui m’a poussé à me lancer sur Internet, à créer une entreprise sur Internet ; et il y a un bouquin qui a complètement changé ma vision de l’entrepreneuriat et qui m’a incité à me lancer sur Internet, c’est « La semaine de 4h » de Tim Ferriss.

Je savais que je voulais me lancer sur Internet, j’avais déjà entendu parler des blogs, j’avais lu un blogueur très connu aux États-Unis qui s’appelle Steve Pavlina, qui expliquait dans un de ces articles que voilà, gagner 40 000$ par mois avec son blog, c’est possible,  et qu’il y avait pas grand-chose à faire, à part écrire des articles comme il le voulait, et qu’il gagnait de l’argent essentiellement par l’affiliation. À l’époque je ne savais pas ce que c’était : donc l’affiliation c’est tout simplement le fait de promouvoir le produit de quelqu’un d’autre, et toutes les personnes qui vont passer par notre lien d’affiliation et vont acheter le produit vont déclencher une commission pour nous, sans augmenter le prix de vente pour l’acheteur final.

ClickBank évidemment, est spécialisé là-dedans,  c’est une place de marché pour les affiliés et les vendeurs, c’est-à-dire que les affiliés peuvent trouver facilement des produits à promouvoir. Donc voilà, Steve Pavlina m’a expliqué ça, moi j’ai juste à écrire des articles, de temps en temps je promeus un service que j’utilise et que j’apprécie, ou un logiciel, etc., et ça me rapporte 40 000$ par mois. Je n’ai pas de recherche de développement à faire, pas de marketing, pas de SAV, pas de produits à écrire, rien du tout, j’ai juste à faire ce que j’aime : écrire !

Et là j’ai vu ça, j’ai fait « WOW !!! », ça a l’air génial ! C’était fin 2007, j’ai essayé de créer mon premier blog, qui a été un échec total, j’ai fait toutes les erreurs possible et imaginables, il s’appelle Technosmart, je l’ai laissé toujours en ligne pour montrer au monde ce qu’il ne faut pas faire. Au bout de 6 mois de travail acharné j’ai gagné 16,38 €, et je me suis dit, il y a un problème…

En lisant la semaine de 4h ça m’a conforté dans l’idée que sur Internet il y avait beaucoup de choses à faire et qu’on pouvait créer un business qui s’automatise ou se semi-automatise facilement, et donc je ne me suis pas arrêté là, j’ai créé un deuxième blog qui est « Attitude Zen » et un troisième blog qui a été mon premier vrai blog à succès, « Des livres pour changer de vie ».

Aline : Et tu lis beaucoup.

Olivier Roland : Oui je lis beaucoup. En fait j’ai eu l’idée de ce blog parce que voilà : j’étais entrepreneur pendant 8 ans, j’ai lu La semaine de 4h, je ne sais même plus comment je suis tombé sur ce livre mais je l’ai lu, il m’a complètement retourné le cerveau, vraiment de manière très impressionnante, et voilà, je me suis dit : « Wow, ça fait 8 ans que je suis entrepreneur, et je lis ce bouquin en un weekend et ça me change complètement ma vision de l’entreprenariat. Et je me suis posé la question, je me disais « Est-ce qu’il n’y a pas d’autres bouquins comme ça qui peuvent aussi changer radicalement ma vision des choses, des choses que je pratique depuis des années, et je me suis mis en quête d’autres livres comme ça intéressants. J’ai commencé par des livres que Tim Ferris conseille à la fin de La semaine de 4h, j’ai lu « The E Myth » de Michael Gerber, dont la traduction française n’est plus disponible malheureusement,  et là, BAM !!!, une autre énorme baffe… c’était genre un mois plus tard, quand j’ai eu fini de le lire, wow… Autant La semaine de 4h m’a montré, m’a donné un rêve, une vision, quelque chose de vraiment extraordinaire à faire, et The E Myth a décrit dans des détails absolument incroyables le problème dans lequel je m’étais enfermé avec ma première boîte, qu’était que je travaillais trop, etc… Et moi je croyais que j’étais tout seul dans mon coin, que j’étais le seul à avoir ce problème, et je me suis rendu compte qu’en fait la majorité des entrepreneurs ont ce problème-là, et il y a des raisons pour ça.

Et bien j’ai fait « WOW, mais c’est dingue ! » En un mois j’ai lu deux bouquins qui me retournent complètement le cerveau, et donc je me suis dit, ok c’est cool, il faut que je continue à en lire. Et je me suis mis en quête de listes de bons bouquins. Et c’est là où je suis tombé sur un concept génial qui s’appelle « The Personal MBA » qui a été créé par Josh Kaufman, qui est américain, et qui en gros est parti d’une idée d’un marketeur américain très connu qui s’appelle Seth Godin. Seth Godin a commenté le fait qu’il y avait des étudiants à qui l’on a refusé l’entrée dans un MBA.

Un MBA c’est un diplôme très, très couru, très cher, qui est un peu le summum qu’on peut avoir en terme d’éducation, en terme business ; ça coûte typiquement entre 50 000 et 100 000$ pour le cursus complet qui peut durer entre 1 et 2 ans ; donc non seulement ça coûte cher, mais en plus pendant 1 ou 2 ans on n’a pas de salaire, on doit payer sa nourriture, etc…, et après il faut rembourser. Donc il y a un coût direct, un coût d’opportunité parce que c’est du salaire qu’on ne touchera pas, donc c’est quand même très élevé, et Seth Godin a dit : « C’est la meilleure chose qui puisse arriver à ces étudiants-là parce que finalement vous pouvez avoir l’essentiel de ce que vous enseigne un MBA en lisant les 30 à 40 meilleurs livres de business au monde. » C’est quand même une affirmation très forte, mais Seth Godin il est comme ça, il a un blog où il est très populaire, où il publie des petits articles très courts mais en général très percutants, et là Josh Kaufman voit ça et il fait « WOW ! C’est génial, il faut que je fasse cette liste ! » Et c’est comme ça qu’il a créé « The Personal MBA », il a lu des centaines de livres. Aujourd’hui au moment où on fait cette interview, il y a 99 livres dans « The Personal MBA » qui se trouvent dans 24 catégories différentes. Il y a de tout : psychologie, communication, développement personnel, productivité, marketing, création de produits, création de valeur, etc…, tout ce qui peut intéresser de près ou de loin un entrepreneur ou quelqu’un qui veut faire carrière dans une entreprise.

Et je découvre cette liste et je fais « Wow ! » Qu’est-ce que je fais ? J’achète les trois premiers bouquins qui sont recommandés que je trouve excellents. Je me dis c’est génial, il faut absolument que je lise beaucoup de bouquins du Personal MBA. Mais je me suis dit, « Je me connais, au début je vais être tout feu tout flamme, et puis au bout de deux mois j’en aurais marre, j’vais arrêter de lire. » Alors comment je vais faire pour me motiver ? Et c’est là où j’ai eu l’illumination, je me suis dit, mais en fait, j’pourrais écrire un blog, j’pourrais réunir le meilleur de tous les mondes. C’est-à-dire, je veux me lancer sur un thème, donc je crée un blog sur ce concept de ‘Je vous fais découvrir des livres géniaux’, en même temps je clame au monde le fait que je me lance dans un projet où je vais lire un livre par semaine.

Aline : Tu t’es donné un défi en fait ?

Olivier Roland : Oui, voilà, je me suis lancé un défi. Et une excellente façon de se motiver est de se lancer un défi qui n’est pas facile à réaliser, et de le clamer au monde entier, de dire à tout le monde « Je vais faire ça ». Parce qu’on est humain, on n’aime pas avoir l’air bête devant les autres, quand on a dit à tout le monde « Je vais faire ça », après tu te sens obligé de le faire. Alors que si tu t’es dit tout seul dans ta chambre « Ouais je vais le faire », le lendemain tu fais « Ouais, finalement non… »

Aline : Ça c’est le numéro 1 de tous les psychologues, c’est toujours ce qu’ils disent. Tu peux avoir tous les plans que tu veux, mais si tu ne le dis à personne, ça ne se passera jamais.

Olivier Roland : Je pense que c’est vraiment une bonne technique, parce qu’effectivement tu peux facilement abandonner le lendemain,  y a personne qui va rien te dire puisque personne n’est au courant. Tandis que si tu l’as dit au monde entier, quand tu vas voir tes amis, ta famille, ils vont te dire « Ben alors, t’en es où dans ton projet ?  Ah bon, t’as pas avancé…mais qu’est-ce qui t’arrives, qu’est-ce que tu fais ? » Donc voilà, c’est quelque chose de motivant, je me suis dit je vais faire d’une pierre deux, trois, quatre, cinq, six coups, je crée un blog, je crée quelque chose qui potentiellement a la possibilité d’être un business plus tard, je me lance dans un défi qui est je lis un livre par semaine pendant 52 semaines, donc un an, et je publierais mes réactions sur mon blog, et derrière j’applique de ma première entreprise. Du coup ça me crée un blog qui peut être un business plus tard, ça va me motiver, etc…, ça va aussi attirer l’attention parce que c’est un défi intéressant, et voilà, c’est comme ça que j’ai commencé.

Aline : Est-ce que ça a été dur au niveau technique ? Pour construire le blog ?

Olivier Roland : Écoute… non, au début je me rappelle j’ai découvert WordPress, qui est la plateforme que vraiment je recommande. C’est vraiment extrêmement simple. Déjà chez la plupart des hébergeurs on peut l’installer en un clic, c’est prévu. Parce que je crois qu’il y a 8 ou 9% des sites dans le monde qui utilisent WordPress, c’est quelque chose d’incroyable, ce sont des dizaines de millions de sites qui sont sous WordPress, c’est vraiment une des plateformes les plus populaires. C’est comme une voiture en fait, tu n’as pas besoin de savoir comment fonctionne le moteur pour l’utiliser, il suffit juste de savoir cliquer dans…

Aline : De savoir lire en fait ! (Rires)

Olivier Roland : Oui faut savoir lire, tout est expliqué en français, il suffit de cliquer, et ce qui est génial c’est qu’on peut trouver des milliers de thèmes d’excellente qualité gratuitement, et dès qu’il nous manque une fonctionnalité on peut trouver un plugin qui va l’ajouter, il y a des milliers de plugins qui existent gratuitement qui permettent d’ajouter tout ce qu’on veut à WordPress, c’est vraiment extraordinaire.

Aline : Et donc au milieu de tout ça tu as découvert ClickBank ?

Olivier Roland : Tout à fait, exactement. Comment j’ai découvert ClickBank déjà ??? … Quand j’ai lancé ce blog « Des livres pour changer de vie », j’ai commencé à rechercher des choses sur le blogging professionnel pour me former un petit peu, et je suis allé voir du côté du blogging anglo-saxon, j’ai tapé en anglais « blogging ». J’avais commencé un des livres en anglais et j’avais découvert Personal MBA en anglais, et je me suis dit « Tiens, y a des bonnes ressources en anglais qui n’existent pas en français », et en fait je me suis rendu compte d’ailleurs après que les anglophones ont 5 ans d’avance sur nous dans quasiment tous les domaines.

Je tombe sur un blogueur qui s’appelle Yaro Starak, un blog qui s’intitule Entrepreneurs-Journey (Le voyage de l’entrepreneur, un très beau titre)  et qui vendait un produit à l’époque sur comment bloguer, et comment lui il disait  « Voilà, moi je gagne 30 000$ par mois avec mon blog, comment faire, acheter ma formation, je vous expliquerais comment marche ma méthode… ». Donc je l’achète et notamment il disait qu’il faut créer un produit et il faut aller voir ClickBank. Il citait ClickBank parmi ces conseils et c’est là que j’ai commencé à aller voir.

En parallèle, j’ai exploré diverses choses en fait. J’ai commencé à créer des blogs de niche. Pour moi il y a des tas de modèles différents mais il y a deux modèles principaux dans les blogs conçus comme des entreprises, donc des blogs qui rapportent :

  • Il y a les blogs d’autorité, où l’on s’affiche comme un expert, on met sa tête, et on essaie vraiment de créer une super relation avec notre honneur, etc…
  • Il y a les blogs de niche où c’est plus une logique mercantile, c’est-à-dire qu’on va juste créer un blog autour d’un marché en l’occurrence qui est identifié. On va créer des articles dont le but est d’amener du trafic via Google ; évidemment il faut quand même apporter de la qualité dans les articles, il ne faut pas écrire n’importe quoi, mais voilà, on devrait plutôt avoir une approche journalistique plutôt que d’autorité, et derrière on va créer un produit, vendre un produit d’application, e-books ou autre.

Donc j’ai créé quelques blogs de niche comme ça pour explorer un petit peu et c’est là où j’ai mis mes premiers produits sur ClickBank et ils y sont toujours d’ailleurs ; il faudra que je regarde mais ça doit m’apporter 2 ou 300€ par mois, ça fait des années que je ne m’en suis pas occupé…

Aline : Ça marche tout seul.

Olivier Roland : Voilà, c’est ça qu’est génial, c’est des buzz, comme le dit Tim Ferriss dans la Semaine de 4h, une fois qu’on l’a mis en place ça tourne tout seul, alors normalement ça demanderait un peu plus d’entretien que ce que je fais, mais de toute façon j’ai abandonné ça parce qu’en fait ce n’était pas trop ma tasse de thé. J’ai exploré, je suis content de l’avoir exploré, mais je suis content aujourd’hui avec mes blogs d’autorité, donc voilà, c’est comme ça que j’ai découvert ClickBank.

Aline : Donc pour l’instant tu en es content ?

Olivier Roland : Oui tout à fait, je suis très content de ClickBank.

Aline : Et la plateforme d’affiliation, ça marche ? Est-ce que tu attires surtout tes propres affiliés ou est-ce que la plateforme te rapporte d’autres affiliés que sinon tu n’aurais pas découvert ?

Olivier Roland : Alors pour mes petits produits, c’est clair qu’il y a des affiliés qui m’ont promu sans que je ne demande rien, par contre pour mes gros produits c’est essentiellement des affiliés que je gère. En fait mes gros produits je ne les mets pas dans le Marketplace de ClickBank. C’est-à-dire que j’utilise ClickBank parce que ça facilite pour la facturation, ça c’est clair, c’est un truc de fou, ça paie « auto-magiquement »,  (j’aime bien dire ce mot, « auto-magiquement » lol !) les affiliés, ça nous enlève une grosse épine du pied, les affiliés sont payés automatiquement, ça c’est génial, on n’a rien à faire, et puis quand il y a des remboursements de clients et que les affiliés ont déjà été payés, tout est géré tout seul, ça c’est super, ça nous facilite la vie quelque chose de fou, mais je ne mets pas mes gros produits sur la marketplace… je devrais peut-être le faire d’ailleurs ?

Aline : Tu peux

Olivier Roland : Mais le truc c’est qu’après je les retire du marché, alors est-ce que je peux les retirer du marketplace ?

Aline : Tout à fait ! Quand tu veux.

Olivier Roland : Ben super Aline ! J’ai bien fait de faire cette interview !

Aline : Il y a juste un petit truc à cocher, c’est tout simple.

Olivier Roland : Donc je les mettrais pour le prochain. Je sais que quand je fais des lancements de produits, normalement je dois être carrément au top, parce que tu m’avais dit au dernier lancement j’étais n° 1 des affiliés mondiaux …

Aline : Oui tout à fait, t’étais N° 1 ! Donc là ce que tu fais, juste avant le lancement, on a la « Product Alert » qui sort une fois par mois (c’est la newsletter mensuelle de ClickBank), tu fais une petite annonce, tu dis « Je fais le lancement le tant », et tu mets ton produit sur la Place de Marché juste à ce moment-là et après tu continues…

Olivier Roland : Ça peut être super, et puis on verra si ça recrutera des affiliés…

Aline : Donc là, projet bientôt, nouveau produit qui sort ?

Olivier Roland : Oui, peut-être qu’il sera déjà sorti au moment où cette vidéo sera publiée, on verra, effectivement je travaille sur un projet qui s’appelle « Webinar Pro », après ma formation Blogueur Pro et ma formation d’avant Agir et réussir, là j’enseigne tout simplement aux entrepreneurs, aux blogueurs, à tous ceux qui veulent augmenter leurs ventes sur Internet ou commencer à faire des ventes sur Internet, à utiliser le Webinar qui est un super outil pour vendre. Donc le Webinar, rapidement, c’est juste comme une présentation Powerpoint que vous faites devant des gens, sauf que là vous le faites de votre ordinateur chez vous, et vous pouvez faire ça devant des centaines, voire des milliers de personnes qui vous suivent depuis leur ordinateur chez eux, c’est extrêmement simple.

Aline : T’as une limite en nombre de personnes ?

Olivier Roland : Ça dépend des logiciels. Le logiciel le plus connu qui est « Gotowebinar » a une limite de 1000 personnes simultanées, mais par exemple « Google Hangouts » n’a aucune limite, et il y a d’autres logiciels qui n’ont aucune limite, donc ça dépend.

Aline : Et est-ce que tu vois des améliorations à faire pour nous, pour t’aider ?

Olivier Roland : Oui, alors je t’en ai déjà donné quelques-unes, mais en gros, bon, moi ce que j’aime bien chez ClickBank, ce que j’te disais récemment, c’est que contrairement à AWeber, à des services que j’utilise comme AWeber, c’est que vous évoluez quand même beaucoup. Il y a souvent de nouvelles fonctionnalités qui arrivent, on voit que vous n’êtes pas sourd aux suggestions, contrairement à certains, comme AWeber pour ne pas les nommés… Il y a des sociétés, comme AWeber pour ne pas les nommer, quand ils font des évolutions, ce sont en général des gadgets qui ne servent à rien du tout, comme par exemple leur super nouveau éditeur d’email qui ne sert à rien, tandis que chez ClickBank il y a vraiment eu des améliorations concrètes qui ont apporté quelque chose depuis le début, je pense notamment aux listes blanches, c’est-à-dire que l’on peut donner des niveaux d’affiliation différents aux affiliés très facilement, ça c’est génial ; vous avez mis en place un système super pour les upsell (un upsell c’est un produit qu’on propose uniquement aux personnes qui ont déjà acheter un produit), et donc vous avez le one-clic-upsell, c’est-à-dire les clients ont déjà donné leurs coordonnées bancaires, ils ont juste à recliquer une fois et ils achètent le produit. Ça c’est super ! Je ne l’ai pas encore utilisé, mais c’est quand même super d’avoir proposé ça, c’est excellent. Il y a des tas de trucs comme ça qui se sont améliorés, donc bravo ClickBank, ça évolue, vous allez dans le bon sens.

Après ça veut pas dire que tout est parfait évidemment, il y a plusieurs choses qui devraient être améliorées :

  • La première c’est que, on peut être payé en virement, ça c’est super, (parce que les chèques en dollars, bonjour les commissions ici si on les encaisse en France), là on est payé en Euro directement sur notre compte, c’est génial, et ce qui serait bien c’est juste d’avoir le nom du compte dans le virement. Parce que moi par exemple, je dois avoir 5 ou 6 comptes ClickBank sur lesquels on m’envoie de l’argent régulièrement, maintenant c’est mon assistante qui s’occupe des factures, mais c’est… un peu compliqué.
  • Ensuite il faudrait qu’on ait un report très facile qui dise « Quel est le pourcentage de clients qui vont au bout des paiements récurrents (des abonnements), et quels sont les mois où il y a le plus de personnes qui abandonnent ? Ça peut nous permettre de regarder s’il n’y a pas un problème. Par exemple si on voit qu’au 3ème mois  il y a 50% des gens qui laissent tomber, on se dit, bon …

Aline : Il y a peut-être eu un problème technique

Olivier Roland : Ouais, il y a un problème au mois 3, peut-être que c’est le contenu qui est moins bon, là on peut faire un sondage et leur demander.

Aline : Ouais, c’est une très bonne idée…

Alors nous on a sorti, et ça on n’en a pas encore parlé, une nouvelle fonctionnalité qui s’appelle ClickBank Insights, est-ce que ça te dit quelque chose ?

Olivier Roland : Tu m’en avais parlé de ça, mais c’est quoi déjà, rappelle-moi ?

Aline : Et bien c’est un système à bulles. Donc le CB Insights, on vient de créer ça, ça vient juste de sortir le mois dernier. On va prendre toutes tes données sur tous tes acheteurs, on va remettre ça ensemble dans notre base de données, et on va vérifier tes acheteurs avec ce qu’ils ont acheté ailleurs. Et on va te redonner ça sous forme de bulles, donc il y a 10 bulles, de la plus grosse à la plus petite, et dans la plus grosse tu vas retrouver les gens qui « match » avec toi le plus. Donc ceux qui ont acheté avec toi, ils ont aussi acheté chez lui. Toi ça va te permettre, si tu en as envie, de faire la promotion de ce mec-là, donc tu deviens affilié en même temps que tu es vendeur.

Olivier Roland : Oh génial ! Vous avez un algorithme comme sur les sites de rencontres.

Aline : C’est exactement ça !

Olivier Roland : C’est génial, wow ! Ça veut dire qu’on va pouvoir trouver de nouveaux affiliés et des partenaires…

Aline : Alors t’as des bulles spéciales pour les vendeurs, t’as des bulles spéciales affiliés, et on a les deux bulles.

Olivier Roland : Vous écrasez complètement la concurrence avec ça, c’est excellent, la concurrence va pas suivre là… Vous avez notamment un concurrent en France…. Ça m’étonnerait qu’il puisse mettre en place un système comme ça, vous avez des ressources énormes.

Aline : Ouais c’est un truc balaise, ils ont sorti ça en deux mois, il y a un travail énorme qui a été fait, merci à notre nouveau PDG d’ailleurs, c’est lui qui a lancé ça, c’était son idée, et ça marche super bien. On a déjà les premiers vendeurs qui ont utilisé la formule bêta qui ont fait 50 000 $ en une semaine, donc ça a très bien marché.

Olivier Roland : Donc j’aime bien ClickBank, ils apportent toujours des trucs nouveaux qui sont en général utiles et intéressants.

Aline : Est-ce que tu vois beaucoup de commandes toi sur mobile ?

Olivier Roland : Alors je n’ai pas regardé, je ne sais pas.

Aline : On va dire en gros, on a à peu près 30% des commandes maintenant sur mobile, et on est en train, ça c’est dans nos projets pour l’année prochaine, on mise sur le mobile, pour optimiser bon de commande et voir toutes les pages correctement.

Olivier Roland : Donc tu vas avoir le bon de commande qui va s’adapter… ouais parce que là pour l’instant il faut qu’ils zooment…

Aline : Ouais c’est pas top… donc on est en train de faire ça. Et on est en train de faire un panier d’achat, c’est en train de se mettre en place, d’ici la fin de l’année prochaine.

Olivier Roland : C’est-à-dire qu’on aura un shopping cart comme sur Amazon, on pourra ajouter plusieurs produits ?

Aline : Ouais, c’est ça.

Olivier Roland : Ah super, dis-donc ça bouge ;

Aline : Oui c’est pour ça qu’ils n’ont pas arrêté d’embaucher les mecs techniques, on en a un paquet maintenant, et c’est à ça qu’ils s’amusent.

Olivier Roland : Tu me disais il y a combien de programmeurs chez vous ?

Aline : C’est à peu près deux tiers/un tiers, donc il doit y avoir une centaine de programmeurs.

Olivier Roland : Wow, quand même ! Donc ils pourront faire le petit reporting que je demande, ça va pas leur demander beaucoup de temps.

Aline : Oui on va leur demander… Donc content, plutôt ?

Olivier Roland : Ben oui, moi ça fait 3 ans que je suis chez ClickBank, voire plus, je ne sais pas combien de centaines de milliers de dollars sont passés par…

Aline : Pas mal, on pourrait regarder les chiffres, mais bien …

Olivier Roland : Donc voilà, moi ce que je disais, le gros avantage de ClickBank c’est la facilité. Moi je veux vraiment avoir un business qui me permet d’avoir un style de vie sympathique, de voyager énormément, et donc voilà : je peux vendre à 200 clients via ClickBank, moi j’ai juste besoin de faire une facture à ClickBank, c’est vous qui êtes le détaillant, moi je suis le grossiste, c’est super. Vous gérez les remboursements, les paiements affiliés, tout le service clientèle, …

Aline : Et en plus, moi je te remercie parce que tu m’amènes plein de clients !

Olivier Roland : Ah exactement !

Aline : Ça c’est super sympa ! C’est genre « J’ai machin là… tu veux pas t’en occuper stp… »

Olivier Roland : Tous mes élèves de Blogueur Pro

Aline : Après en plus tes élèves te dépassent…

Olivier Roland : Alors ça normalement, il ne fallait pas le dire….

Aline : Oui mais tu as des élèves très forts, c’est vraiment très sympa !

Olivier Roland : Ben écoute, ravi ! Moi j’aime les gens, et comme y a des services que j’aime bien que j’utilise, j’envoie mes clients qui réussissent et qui vendent chez ClickBank.

Aline : Et je dirais la France par rapport à d’autres pays, c’est super sur la qualité. On a des taux de remboursements nettement plus bas qu’ailleurs, et rétro-facturation pratiquement ça n’existe pas, donc c’est un bon point. En montrant le bon exemple, ça aide tout le monde à remonter le niveau, donc c’est encore mieux.

Merci beaucoup de m’avoir reçu chez toi, c’est très, très sympa, j’espère qu’on va se revoir, plus souvent que tous les 3 ans.

Olivier Roland : Ben oui, en même temps c’est vrai que t’habites un peu loin… on doit avoir 10 000km d’écart ?

Aline : Ouais à peu près…. Donc merci beaucoup ! À bientôt !

Olivier Roland : Merci beaucoup d’être venue, ça m’a fait très plaisir, à bientôt !

À propos d’ Nivania HamiltonNivania Hamilton e uma Consultora Internacional para o ClickBank. Ela ingressou no ClickBank no final do ano de 2011 e foi promovida para sua posição atual no final de 2012. Ela nasceu no Brasil, onde se formou uma professora e também se tornou uma Gerente de Marketing. Ela também tem iniciado seu diploma para Administração de Negócios Internacionais. Desde que chegou aos Estados Unidos, ela tem tido experiências em múltiplas indústrias, incluindo vendas, suporte ao cliente e até mesmo TI, Tecnologia da Informação. Ela ajudou a abrir dois Centros de Atendimento Internacional e desenvolveu material de treinamento para cada um deles. Ela também atuou como uma tradutora e como uma ligação “liaison” entre os afiliados internacionais e a empresa na qual ela trabalhava. Nivania está atualmente trabalhando com o “microsite” em Português, blog, o grupo Facebook, trabalha assiste os clientes que falam português para ajudar no crescimento de nosso Mercado Português.